Vous êtes ici

Le Cens en restauration

Publiée le :

jeu, 21/07/2022 - 13:59
-A +A

À partir du 9 août, Nantes Métropole lance des travaux de renaturation de la rivière du Cens, entre la confluence avec la Rousselière et le périphérique nantais, sur 1500 mètres linéaires.

Entre 2021 à 2026, Nantes Métropole a un ambitieux programme de restauration de 3 cours d’eau de son territoire : le Cens, le Gesvre et le Charbonneau, tous trois affluents de l’Erdre. L'objectif est d'atteindre le bon état écologique, pour l’intérêt de toutes et tous. Les travaux, d'un montant global de 5,7 millions d'€, sont réalisés en partenariat avec l’Agence de l’eau Loire Bretagne, le département de Loire-Atlantique et la Région Pays de la Loire, et copilotés par Nantes Métropole et la communauté de commune Erdre et Gesvre pour le Cens et le Gesvre. 

Concernant le Cens, les objectifs sont de reconstituer le substrat (matériau pierre-cailloux) privilégié au développement de la faune aquatique et de dissiper l’énergie de la rivière lors des crues annuelles. Des souches vont également être ancrés dans le fond du lit pour diversifier les habitats aquatiques.

Pourquoi ces travaux de restauration ?

Un cours d’eau est en recherche permanent d’équilibre. Il ne transporte pas que de l’eau, mais également des sédiments. Cet équilibre crée des habitats qui abritent des espèces naturelles. Au cours des siècles, les hommes et femmes ont modifié les cours d’eau en France pour les modeler à leurs besoins, liés à des usages du passé. Ces transformations peuvent aujourd’hui entraîner des déséquilibres pouvant nuire aux êtres humains : érosion des berges, crues, envasement de la rivière, réchauffement de l’eau, baisse des espèces vivantes, etc.
En fonction de chaque situation sur le cours d’eau, différents types de travaux sont possibles : restauration du lit, reprise du tracé d’origine, restauration de la végétation, aménagements agricoles (abreuvoirs…), contournements pour permettre aux poissons de circuler, restauration de zones humides, lutte contre les espèces invasives… Ces travaux permettent aussi de protéger l’écosystème, la faune et la flore, de favoriser le développement des espèces autochtones et ainsi de retrouver une qualité du milieu.

Les travaux nécessaires pour améliorer la qualité du Cens

  • Restauration du lit mineur : pour redonner au cours d'eau toute la dynamique et ses fonctionnalités, divers travaux seront engagés comme l'apport de matériaux dans le fond du lit, la diversification des habitats ou le retour du ruisseau sur son tracé naturel.
  • Intervention sur les ouvrages hydrauliques : pour rétablir la continuité hydraulique, piscicole et sédimentaire, ces ouvrages seront gérés, aménagés ou supprimés.
  • Restauration de zones humides : la restauration de ces espaces naturels répond à des motivations multiples : prévention des crues (zones de débordement), amélioration de la qualité de l'eau, biodiversité et équilibre pour certaines populations d'oiseaux, insectes et mammifères aquatiques.
  • Lutte contre les espèces invasives (animales et végétales) : pour empêcher leur prolifération responsable de dégradation du milieu, des travaux de lutte contre ces espèces seront mis en oeuvre (piégeage, arrachage...).

 

 

Thème(s)

Cadre de vie
Environnement
Balades/Découvertes
Développement durable

À TÉLÉCHARGER

Dépliant sur la restauration du Cens :